mardi 22 août 2017

Ne vous focalisez pas sur leurs problèmes - Don't interview for pain

Je voulais partager avec vous cet article qui vient de ce blog: https://www.mother.ly/child/5-parenting-lessons-i-learned-as-a-montessori-teacher#close

"Children are perceptive. Children want your attention. They will quickly figure out what gets the most attention from you and do more of that thing.


If you ask your child about their day and then focus in on the one negative thing they’ve mentioned and proceed to question them about it for the next half hour and comfort them (even if they weren’t upset about it to begin with…), they will quickly learn to bring up more negative things. Whether or not anything bad has happened. A little disagreement they had with a friend becomes a huge drama where they were the victim. This is not to say your child will lie, but that the way they view what happened will change.
How you see the world impacts how they see the world. Parents do this because they want to make sure their children are OK and are taken care of. Of course it’s a parent’s job to be their child’s advocate and protector. But if you have a big reaction every time your child mentions anything “bad” happening, they will likely begin focusing on these interactions, and becoming more upset over them."
Fifty-four years ago, my older sister Becky attended her first day of Kindergarten. At the end of the day, my mother picked her up and started a critical conversation. While she was driving, she asked some questions:
“How was your day?”
“Fine.” 
“How was your teacher?”
“She is so nice! She is funny too!” 
“Did you make any friends?” 
“Yes. Linda and Susie are really fun.” 
“Did anything interesting happen?” 
“Well...Billy Compton pushed me down in the playground.” 
Stopping the car, my mom turned to my sister and responded, “He did what?!? I cannot believe that. You poor thing! Are you okay? Did you tell the teacher? I wonder if I should talk to his mom.” 
The next day, Mother picked Becky up again. This time, Mother did not even need to ask any questions. 
“Mom, you won’t believe what Billy Compton did today! He called me names and pulled my hair!”  She then waited for my mother’s reaction. 
In that moment, she did something that I personally find extraordinary. She turned to Becky and said, “Oh that Billy Compton is just a silly boy.” Smiling wide and giving her undivided attention, she then added, “Tell me about your teacher. You said she is nice and funny. That sounds like a perfect teacher. You are so lucky. Tell me what makes her nice.” 
My sister was a little surprised at first, but she quickly redirected her attention to the topic of her new favorite teacher. After five minutes of excited explanation, Mother shifted to a new topic, “Did you have fun with Linda and Susie today? Tell me everything that you did together.” 
For 15 minutes, Mom interviewed Becky about the positive aspects of her day. 
She shared this story with me when my wife and I had our first children. She then added an explanation.  
“When I reacted so strongly to the story about Billy, I was telling Becky what stories mattered to me. Those stories would become the definition of her experience at school. I glossed over the good aspects of her day and honed onto the 15 seconds that were unpleasant. By the next day, she could not wait to regale me with new tales of Billy. If I wanted her to see kindergarten as positive, I needed to help direct her attention to the positive aspects.” 
“But did you worry that she would think you did not care about her troubles? Isn’t it important for your child to know that you are 'there for her’?” 
“Of course I was there for her, but I do not have to prove that every moment of every day. By diminishing the importance of Billy, I was helping make Becky stronger. If Billy had been truly cruel, she would not have been so easy to redirect to positive topics. “  
Parents deeply want to be available to their children. They worry that their children might not feel listened to or supported. Empathy and support are important parental skills, but so is emotional leadership."
As I was reading Best Friends, Worst Enemies, I was particularly struck by Thompson’s warning against “interviewing for pain.”
He describes a situation where your child complains about another child’s behavior, and then every day, when your child returns from school, you ask, “So, honey, was Pat mean to you today?”
Thompson points out that children are quick to realize that bad stories about Pat will be a good way to get your attention, and that they may seek to satisfy you, and present the facts in the most attention-grabbing way. Also, Thompson writes,
“I believe that we live the story we tell ourselves–and others–about the life we’re leading…If you constantly interview your child for pain, your child may begin to hear a story of social suffering emerge from her own mouth. Soon she will begin to believe it and will see herself as a victim….
“Please understand that I am not advising you to disbelieve our children, nor am I saying that you should not be empathic…But…don’t interview for pain, don’t nurture resentments, and don’t hold on to ancient history. Kids don’t.”
And although Thompson doesn’t make this point, it also seems to me that by asking this question, we focus a child’s attention on that part of the day. Instead of thinking about the happy interactions that took place, the child tries to remember painful interactions.
Si vous faites ça, vous victimisez votre enfant ....et vous stigmatiser un autre! Ce petit Billy.
Ce sont des enfants. Ils ont tous des qualités et des défauts. Aucun enfant (ni adulte) n'est parfait. Nous avons tous quelque chose à travailler. Je crois que la différence c'est qu'il n'y a pas d'enfant méchant. Lorsqu'un comportement nous parait difficile, c'est un appel à l'aide. Il faut partir du postulat qu'un enfant veut faire plaisir à ses parents, veut bien faire et que s'il ne peut pas, cela le rend malheureux.
Depuis que je m'occupe d'enfants, je n'ai jamais vu un conflit où une seule personne était responsable. Il y a toujours une part de responsabilité de la part de tous les intervenants. (C'est la même chose dans tous les conflits, même ceux parents-enfants ou les divorces et je me mets dans le lot.) C'est pour cela que les meetings sont si importants et qu'ils font partis de la vie de la classe. A chaque fois, que nous voyons un conflit, nous nous asseyons. Nous demandons à chacun d'expliquer son point de vue sans couper la parole à l'autre puis nous demandons: Comment cela aurait pu être évité? Ce que chacun aurait pu faire de mieux pour ne pas en arriver là? Comment il serait possible de réparer? 
Former un couple avec deux personnes n'est pas chose évidente donc former une classe respectueuse de toutes les personnalités n'est pas chose évidente non plus même avec l'aide des médiateurs/éducateurs mais heureusement les enfants ne sont pas figés comme les adultes. Ils apprennent vites, très vites et en 6 mois peuvent se transformer.

jeudi 16 février 2017

Mes premiers pas en école Montessori

En formation d’Educateur de Jeunes Enfants et passionnée par l’univers de l’éveil et du développement des tout-petits, j’ai souhaité en découvrir d’avantage sur la pratique de la pédagogie Montessori. Accueillie pour une durée de 8 mois dans le cadre exceptionnellement spacieux et verdoyant du « Verger d’Elisa », voici quelques constatations qui me sont apparues clairement, auprès de la « communauté enfantine » :

La première différence remarquable avec d’autres structures d’accueil de jeunes enfants est une ambiance particulièrement calme, ce qui est plutôt inhabituel lorsque l’on côtoie des enfants âgés de 2 ou 3 ans. Si celle-ci est bénéfique pour la concentration et l’ordre de la classe, elle l’est également pour la sérénité des enfants qui, pour beaucoup, découvrent les joies de la vie en collectivité, en limitant ses inconvénients. Je comprends rapidement que ce calme est le résultat d’une pédagogie aux multiples facettes qui mène les professionnelles, entre autre, à être garantes de quelques règles simples comme celle-ci: lorsqu’un enfant « travaille », les autres ne doivent le déranger d’aucune manière (bruits excessifs, interventions sur le travail d’un autre enfant, bousculade…). Cela suggère également que les professionnelles doivent se limiter à de rares interventions, ce qui peut être surprenant au premier abord. Les professionnelles m’expliquent que l’un de leur rôle, dans de ce cadre, est de mettre l’enfant en relation avec le matériel, un autre étant d’assurer l’ordre qui entoure l’enfant. L’ordre, point essentiel de la pédagogie, fait référence dans ce contexte à l’aménagement de l’espace, à la clarté, la logique et l’invariabilité de la disposition des plateaux et de l’agencement du matériel sur ces derniers.

Ensuite, c’est la grande indépendance et la spontanéité dans l’activité des enfants qui ont retenu mon attention. Sur ce point, je constate qu’en plus de l’approche spécifique des professionnelles, le matériel élaboré par Maria Montessori permet de proposer aux enfants d’opérer des choix dans une large gamme de propositions et d’affirmer plus généralement, mais aussi plus spécifiquement, leur capacité. En effet, la pédagogie s’appuie sur un matériel riche, diversifié et régulièrement renouvelé, qui est évolutif et adapté en fonction de chaque stade et de chaque « période sensible » de l’enfant, comme la nomme la pédagogue. Il accompagne donc l’enfant et répond à sa volonté de découvrir et de maitriser les éléments de son environnement.

Allant de découverte en découverte, je discerne peu à peu les contours de cette pédagogie et le rôle spécifique des professionnelles, qui est ici « d’aider à faire seul », comme le stipule la ligne directrice de cette approche. Cette pédagogie apporte une réflexion sur notre vision de l’enfant et de sa place dans le monde qui l’entoure, quand encore traditionnellement c’est au schéma punitions/récompenses qu’on a plus l’habitude d’être confronté. Il s’agit ici plutôt de suivre les besoins de l’enfant, pour l’aider à libérer son potentiel. C’est une vision globale de l’Homme et de sa projection dans l’avenir. Si la pensée montessorienne ne se résume pas à la pratique et à la connaissance de son matériel et s’acquiert avec l’expérience et le temps, les effets salutaires apportés par ce cadre, eux, ne cessent de me surprendre…


                                                                                                                                                             Tiffany

LA VIE PRATIQUE: un exemple "Se laver les mains".

Les exercices de vie pratique sont les premiers exercices présentés à l’enfant de 2 ans et demi, 3 ans à
la « maison des enfants ». Ils les intéressent beaucoup puisqu’ils se basent sur les gestes du quotidien et que l’enfant aime imiter, « faire pour de vrai ».

Il existe quatre groupes d’exercice de vie pratique :

– les soins de l’ambiance, c’est-à- dire de la classe, du lieu de vie.
– les soins de la personne, nécessaires pour acquérir progressivement son autonomie dans la vie de
   tous les jours.
– la grâce et la courtoisie ou : comment vivre ensemble.
– les jeux collectifs, principalement pour développer la coordination motrice.

Par son observation attentive et quotidienne de chaque enfant, l’éducateur peut proposer la bonne
activité au bon moment. 

Maria Montessori a ainsi défini les périodes sensibles au cours desquelles l’enfant se concentre plus particulièrement sur l’un des axes de son développement.

Chaque exercice est présenté une première fois à l’enfant par l’éducateur puis il peut le reprendre et le recommencer autant de fois qu’il en a envie. C’est la répétition de l’action qui permet son perfectionnement.

La présentation est faite avec peu de mouvements, réalisés lentement, dans un ordre bien précis.

L’éducateur parle peu pour optimiser l’état de concentration dans lequel se trouve l’enfant et lui permettre de mémoriser chaque geste et de le reproduire à l’identique.

Afin de favoriser l’acquisition de l’autonomie pour chaque enfant, il est primordial de respecter la notion d’ordre :

- Chaque activité a une place définie sur l’étagère : du plus simple au plus complexe, du haut vers le bas et de gauche à droite.

- Le matériel est placé précisément sur le plateau.
- Les gestes pour une activité se réalisent dans un ordre immuable.

Chaque exercice représente donc un vrai travail avec un objectif à atteindre. Il comporte un début, un milieu et une fin.

Il y a des activités simples (verser, ouvrir un bocal…) et des activités plus complexes nécessitant l’enchaînement de plusieurs gestes et la manipulation de plusieurs matériels (astiquer les cuivres…).

Petit à petit l’enfant va développer sa concentration, sa volonté, son autonomie et sa confiance en lui.

Stéphanie J.


  •      Nommer l’activité choisie par l’enfant
  •      Lui demander de mettre son tablier et de remonter ses manches
  •      Se placer à sa droite si l’on est droitier
  •       Lui montrer comment soulever le broc avec la main droite dans l’anse et la gauche sous le bec
  •          Lui demander d’aller chercher de l’eau avec le broc puis de le reposer dans la cuvette
  •    Verser l’eau dans la cuvette et reposer le broc sur la table
  •    Prendre le savon, le mouiller et frotter ses paumes de mains
  •    Reposer le savon
  •    Frotter chaque doigt puis le dessus et la main entière
  •          Rincer ses mains dans la cuvette
  •    Prendre la brosse à ongles ; frotter dessus et sur les côtés
  •    La tremper, la secouer deux fois et la reposer
  •    Prendre la serviette et la déplier
  •    Essuyer chaque doigt puis la main
  •    Vider l’eau dans le seau
  •    Remettre un peu d’eau dans la cuvette pour la nettoyer avec l’éponge
  •    Presser l’éponge avec les deux mains et la reposer
  •    Vider de nouveau la cuvette dans le seau
  •    S’essuyer les doigts puis la main
  •    Remettre le broc dans la cuvette
  •    Ouvrir le pot de crème, en poser le couvercle
  •    Prendre une noix de crème
  •    Refermer le pot
  •    Etaler la crème sur ses doigts un par un puis sur la main
  •    Inviter l’enfant à le faire à son tour
  •    Inviter l’enfant à aller étendre la serviette mouillée ou bien à la plier
  •    Lui demander d’aller vider le seau et de le rincer
  •    Lui demander s’il veut recommencer.

Sortie à la ferme du Buisson Siard


Throughout September and October, we had been studying farm animals in our classroom. We learned the names of the animals in both English and French.  Also, we learned songs and read books.  Works were available on the language shelf so the children could explore farm animals at their own pace.



At the end of October, our class took a special trip to the farm! La Ferme du Buisson Siard had many different animals the children could pet, and feed. We went in small groups around to each animals pen. The children were able to feed the ponies, donkeys, and pigs some hard bread. They fed the goats, sheep, ducks, and chickens wheat. One activity the children particularly enjoyed was feeding bottles of formula to the baby goats. Petting the soft rabbits was also a big hit!




Some of the children volunteered to go inside the pens and feed the animals. In the chicken coup, Gabriel was lucky enough to find an egg!
We ended our day with a picnic lunch during which the farmer told us interesting facts about all the animals.



Everyone enjoyed the day at the farm!

Nikki

mardi 1 novembre 2016

Petits enfants, l'eau ils aiment ça :-)

C’est bien connu : les enfants adorent les jeux d’eau!



Que cela soit à l’école ou à la maison, pas une seule journée ne se passe sans que l’eau soit présente. 

Élément vital, l’eau est une source inépuisable de plaisir et de découvertes.

Votre enfant appréhende le monde qui l’entoure par l’intermédiaire de ses cinq sens. Il a besoin de toucher, de voir, de sentir, de goûter, d’écouter pour comprendre et connaître l’environnement dans lequel il vit. Il emmagasine des connaissances quotidiennement.

L’eau peut susciter l’intérêt de l’enfant à différents moments de la journée à l’école :
Lors d’activités de transvasement, que l’enfant choisit librement de faire : verser l’eau dans un verre ou une tasse avec une carafe, une théière, une bouteille, un entonnoir, un arrosoir, une pipette… adaptés à sa taille et à sa force.


Lors du lavage des mains : avant de passer à table, après être allé aux toilettes ou lorsqu’il en ressent le besoin après une activité « salissante ».


Lors du brossage des dents
Lorsqu’il tire la chasse d’eau et qu’elle tourbillonne dans un bruit assourdissant
Lorsqu’il pleut dehors, qu’elle mouille tout et forme des flaques dans lesquelles il peut sauter
Lorsqu’il se sert à boire ou sert les autres
Lorsqu’il arrose une plante
Lorsqu’il observe les poissons dans l’aquarium
Lorsqu’elle intervient dans les comptines ou les livres …

Cette eau éveille la curiosité : froide, chaude ; elle coule plus ou moins vite, elle remplit un récipient, elle déborde, elle éclabousse, elle fait des reflets, elle devient trouble, elle bouge, elle produit des sons ; les objets coulent ou bien flottent, elle mouille la terre … ou les vêtements, glisse sur l’imperméable…




Lorsqu’elle intéresse votre enfant, son attention se porte alors sur ses gestes, la manipulation qu’il en fait. Il a un objectif. Il veut faire seul. Les efforts qu’il fournit développent sa volonté et sa persévérance. Ce n’est pas tant le résultat qui compte mais la motivation qu’il a pour y arriver.

Il essaie, il se trompe, il recommence. S’il renverse, il fera plus attention les fois d’après. Il peut être maladroit. 

La répétition de son action lui permet de perfectionner ses gestes, d’acquérir la maîtrise de son corps et d’affiner sa compréhension. La répétition des gestes simples a également un effet d’apaisement par l’état de concentration qu’elle induit. Votre enfant apprend de ses erreurs. Il développe confiance en lui et estime de lui-même. 
  
Stéphanie

Outdoor Play

There must be provision for the child to have contact with nature; to understand and appreciate the order, the harmony and the beauty in nature.” - Maria Montessori

With the recent push in many public schools around the world for increased testing, work, and standardization; outdoor play is often overlooked in a student's education.  It is often viewed as a temporary distraction at best, or wasted time at worst.  Not so in Montessori classrooms, where outdoor play is more akin to scientists and explorers participating in on-the-job training than it is to students throwing work aside for a few minutes.



Montessori takes account of the whole needs of the child, and not just academic needs, but emotional, physical, and spiritual as well. During outdoor play, students create, they observe, they relate, they negotiate.  They are physicists testing hypotheses: "If I throw this stick with this much strength and velocity, how far will it go?"  They are botanists collecting samples: "Why are the leaves from this tree different than the one next to it?"  They are debaters determining the best way to play backyard football to make the game both fun and maybe even fair.



These skills are critically important, but too often overlooked.  It is tempting to insert oneself into the middle of a heated debate between students on whether a rule was broken, or a wrong was committed.  And yet, patience may provide a unique opportunity.  Watch as the students argue, as they learn effective debate skills, as they negotiate and compromise, and as they learn that they in fact can be independent and settle disputes on their own.  It may not be the settlement we would have decided, but remember: They're new at this, and they're learning!

Students need to experience the sun's rays breaking through the trees.  They need to experience a cool fog that sticks to the grass.  They must know forests and hear steady streams.  In short, they must experience beauty.  They must come to appreciate nature's beauty, it's resiliency, and it's fragility.  And while there is beauty within the walls of every class, there is much to discover outside of them.  What can be more important to learn than the idea that life is full of beauty and there are always possibilities?


Chris

The beginning of the year

If one superficially observes a classroom one sees chaos. However if you watch closely you will find children at the task of self-constructing themselves by engaging in purposeful work and meaningful engagement. They have moved out of their comfort zones and are trying to adapt to their fellow beings and an absolutely new environment.



A Montessori environment allows children to gain knowledge through self-discovery, exploration and repetition with minimum adult interference. While working with the didactic materials in the casa, the child gets ample opportunities for self-correction which is important for a learner.

The environment challenges the children to come up with solutions to the problems they face, think wisely and arrive at conclusions. They become critical thinkers and doers. This helps them to move towards functional and mental independence. The older children kindly and compassionately help the younger ones to settle down quickly and become an inspiration. It is beautiful to see a six year old offering assistance to a three year old.

This environment gives them an opportunity to regulate their own social interactions and behaviours and become confident within themselves. They have the freedom to choose work and do it individually or in groups. A work habit or attitude also gets established which becomes the solid base for the next phase of development. They learn to collaborate and coexist with each other and to respect other people and objects in their environment. They learn to use their mind, body, and the senses which leads to an automatic love for learning. It builds their imagination and allows self-expression.

Maryam


mardi 20 septembre 2016

The Bye-Bye Blues: Helping your child cope with separation

Firstly, toddlers experiencing anxiety during separation is completely normal! If they could spend every day with those they love the most they totally would. Many toddlers struggle with transitions and meeting new people. They have only been on this planet for less than three years and are still learning so much about how their world works. 

Starting school can be a tough transition for both children and parents. My biggest piece of advice is to stay calm and exude confidence. Our children can sense our emotions and may pick up on our own fears and anxieties.  If they feel you are confident and comfortable in taking them to this new place, they will begin feeling that way soon too.  Generally, children only cry for about 5-15 minutes at drop off.  Feel free to hang out in the hallway for a bit if you like the comfort of knowing they have settled down before heading to work. If your child is struggling to settle down after a certain amount of time, we will call you. 

In addition, crying is a normal response for toddlers experiencing new situations.  With so little words to use to express themselves, this is the only way they know how. RIE advocate (Resources for Infant Educarers), Janet Lansbury, suggests, "Most of us have the strong temptation to distract a crying child with games, songs, or toys, to discount her feelings by telling her it’s okay and she shouldn’t cry. But to ensure healthy emotional development, a child’s feelings of fear and loss during separation need to be expressed and heard, not erased or invalidated."


Here are some other tips for creating a smooth morning routine and separation atmosphere:

-Have a consistent morning routine for your child every day.
-Prep your child on the walk to school or in the car on what they can expect for the day. 
-Provide your child with a comfort item or a family picture they can hold onto. 
-If your routine is going to be different, tell the child in advance so they can be prepared for the change.
-Remain calm and confident.

Also know that we are here to support you and your child. We're open to talking with you on ways we can help make the transition process as smooth as possible for your child. 




Nikki

jeudi 21 juillet 2016

Réforme







Ou pas.... Ils le font exprès?...  témoigne de la nécessité de revoir le fonctionnement de l'école pour que ce soit un lieu qui puisse accueillir tout le monde, un lieu pluriel où chaque directeur puisse mettre en place un projet pédagogique correspondant aux enfants qu'il a, un lieu qui respecte le développement des enfants, un lieu qui puisse tester, se transformer, se questionner. Je pense qu'il devrait y avoir moins de décisions prise d'en haut. Peut-être qu'on devrait faire un peu plus confiance à l'équipe éducative confrontée aux réalités du terrain, non?

En d'autres mots: http://www.institut-thomas-more.org/actualite/education-et-reforme-des-ecoles-hors-contrat-nouvelle-atteinte-a-la-liberte-2.html
"Face à un système éducatif public en perdition – du classement PISA aux rapports de la Cour des comptes, la démonstration n’est plus à faire – les écoles hors contrat enrichissent l’offre scolaire et accroissent les chances de répondre aux attentes des parents pour leurs enfants. La réforme envisagée, en plus d’allonger considérablement les procédures de création d’écoles, briderait la diversité des enseignements offerts au bénéfice d’une uniformisation toujours plus grande, au détriment des élèves. Ces établissements reposent en effet sur une relation toute particulière de confiance et d’écoute mutuelle entre l’équipe enseignante, les élèves et leurs parents. Mais ils échappent à la logique jacobine, étatiste et républicaine et ils sont devenus attrayants : voilà un double crime de lèse-majesté que le ministère ne saurait accepter.
Il ne saurait l’accepter car il ne comprend pas ce qui s’y joue. Il ne comprend pas que laisser une liberté d’action à des acteurs autres que l’État, c’est accepter de déléguer les compétences éducatives dans le but, partagé par tous, de maximiser les chances de réussite de chaque enfant. C’est également renoncer à l’illusion qu’est l’uniformité et reconnaître à chaque élève le droit d’avoir un enseignement adapté à ses besoins. Pour cela, il faut croire en la liberté des personnes. Il faut faire confiance à ceux qui prennent quotidiennement le pouls de la société et sont en mesure d’apporter, au niveau local, des réponses rapides et concrètes là même où l’Éducation nationale piétine depuis bien trop longtemps : rappelons qu’un élève sur cinq ne maîtrise pas la lecture à l’entrée au collège, et que près d’un tiers des enfants en fin de primaire ne justifie pas de connaissances suffisantes en calcul…
Plutôt donc que chercher à casser leur dynamique, il conviendrait de saluer et de soutenir les initiatives qui se développent en France depuis quelques années.....
C’est bien à la liberté que le projet s’en prend : liberté pour les enseignants d’enseigner selon les besoins qu’ils constatent au quotidien et d’adapter leurs programmes à la progression individuelle de chaque élève ; liberté pour les parents de choisir le type d’éducation que va recevoir leur enfant ; liberté pour les élèves de bénéficier des meilleures chances de réussite et de ne pas se sentir exclus d’un système qui accepte décidément de plus en plus mal qu’on lui échappe…"
encore une lettre.

Et en plus cette réforme, notre chère ministre ne veut même pas la passer au Parlement mais avec des ordonnances. Ils en ont un peu mare que les français leur disent qu'ils n'aiment pas leur projet, vous comprenez.

Hum...chers politiciens rappeler vous que les français ont fini par couper la tête de leur roi. Non plus sérieusement, votre rôle est de REPRESENTER LES FRANCAIS et non de contrôler tout. Il ne faudrait pas l'oublier et que le pouvoir vous monte à la tête.


samedi 4 juin 2016

Le projet Venus

Je vous laisse le découvrir:


Tout le monde ressent un malaise. Nous savons que notre société ne fonctionne pas telle qu'elle est mais nous n'avons encore aucune idée de ce qu'elle devrait être.... ou plus exactement tout le monde a une idée. Nous sommes insatisfaits par nos politiciens. Combien de personne ne vont même plus voter. "Cela ne sert à rien! C'est tous les mêmes!" En plus de ça, nous avons peur du terrorisme, d'une troisième guerre mondiale. En gros, que le ciel nous tombe sur la tête. 

Mon idée personnelle était qu'il faudrait une 6ème république. Il y aurait toujours un président et des ministres. Mais plus rien d'autre. Pas de député, sénateur. ( En passant, cela ferrait une belle économie.) Puisque le pouvoir serait donné aux gens via un système de vote par internet. Le rôle des ministres seraient de proposer des changements. Le président de choisir lequel nous présenter en nous expliquant le pour et le contre. Oui, oui, il n'y a aucun projet parfait. Et nous voterions aussi souvent que nécessaire. Prenons un exemple concret et facile: Le droit à l'euthanasie. Nous votons, il y a 65 % de pour. La loi passe. Plus besoin de râler, de faire des grèves, d'essayer de se faire entendre par tout les moyens parce qu'on a l'impression de ne vraiment pas être écouté. Et si c'est l'inverse, la loi ne passerait pas. Cela voudrait dire que les français ne sont pas encore prêts. Il pourrait même avoir une case pour les commentaires. 
Avec ceci, j'imaginais un système pour soulever des problèmes ET PROPOSER DES SOLUTIONS qui serait relié directement aux ministres, comme une boite aux lettres électronique ou un forum.
Je me disais que ce serait une vraie démocratie.

Ça c'était mon idée. Mais bien sûr, elle est différente de la votre.
Cela me paraissait si futuriste!




Je ne sais pas si cela vous a autant interpellé que moi mais fallait y penser.
Je parle de sortir du système monétaire.
Je n'y avais jamais songé!

"Quand le dernier arbre aura été abattu.

Alors on saura que l'argent ne se mange pas."

Alors bien sûr, on se dit oui mais....
Alors oui mais....cela nous donne de l'ESPOIR.