mardi 22 août 2017

Ne vous focalisez pas sur leurs problèmes - Don't interview for pain

Je voulais partager avec vous cet article qui vient de ce blog: https://www.mother.ly/child/5-parenting-lessons-i-learned-as-a-montessori-teacher#close

"Children are perceptive. Children want your attention. They will quickly figure out what gets the most attention from you and do more of that thing.


If you ask your child about their day and then focus in on the one negative thing they’ve mentioned and proceed to question them about it for the next half hour and comfort them (even if they weren’t upset about it to begin with…), they will quickly learn to bring up more negative things. Whether or not anything bad has happened. A little disagreement they had with a friend becomes a huge drama where they were the victim. This is not to say your child will lie, but that the way they view what happened will change.
How you see the world impacts how they see the world. Parents do this because they want to make sure their children are OK and are taken care of. Of course it’s a parent’s job to be their child’s advocate and protector. But if you have a big reaction every time your child mentions anything “bad” happening, they will likely begin focusing on these interactions, and becoming more upset over them."
Fifty-four years ago, my older sister Becky attended her first day of Kindergarten. At the end of the day, my mother picked her up and started a critical conversation. While she was driving, she asked some questions:
“How was your day?”
“Fine.” 
“How was your teacher?”
“She is so nice! She is funny too!” 
“Did you make any friends?” 
“Yes. Linda and Susie are really fun.” 
“Did anything interesting happen?” 
“Well...Billy Compton pushed me down in the playground.” 
Stopping the car, my mom turned to my sister and responded, “He did what?!? I cannot believe that. You poor thing! Are you okay? Did you tell the teacher? I wonder if I should talk to his mom.” 
The next day, Mother picked Becky up again. This time, Mother did not even need to ask any questions. 
“Mom, you won’t believe what Billy Compton did today! He called me names and pulled my hair!”  She then waited for my mother’s reaction. 
In that moment, she did something that I personally find extraordinary. She turned to Becky and said, “Oh that Billy Compton is just a silly boy.” Smiling wide and giving her undivided attention, she then added, “Tell me about your teacher. You said she is nice and funny. That sounds like a perfect teacher. You are so lucky. Tell me what makes her nice.” 
My sister was a little surprised at first, but she quickly redirected her attention to the topic of her new favorite teacher. After five minutes of excited explanation, Mother shifted to a new topic, “Did you have fun with Linda and Susie today? Tell me everything that you did together.” 
For 15 minutes, Mom interviewed Becky about the positive aspects of her day. 
She shared this story with me when my wife and I had our first children. She then added an explanation.  
“When I reacted so strongly to the story about Billy, I was telling Becky what stories mattered to me. Those stories would become the definition of her experience at school. I glossed over the good aspects of her day and honed onto the 15 seconds that were unpleasant. By the next day, she could not wait to regale me with new tales of Billy. If I wanted her to see kindergarten as positive, I needed to help direct her attention to the positive aspects.” 
“But did you worry that she would think you did not care about her troubles? Isn’t it important for your child to know that you are 'there for her’?” 
“Of course I was there for her, but I do not have to prove that every moment of every day. By diminishing the importance of Billy, I was helping make Becky stronger. If Billy had been truly cruel, she would not have been so easy to redirect to positive topics. “  
Parents deeply want to be available to their children. They worry that their children might not feel listened to or supported. Empathy and support are important parental skills, but so is emotional leadership."
As I was reading Best Friends, Worst Enemies, I was particularly struck by Thompson’s warning against “interviewing for pain.”
He describes a situation where your child complains about another child’s behavior, and then every day, when your child returns from school, you ask, “So, honey, was Pat mean to you today?”
Thompson points out that children are quick to realize that bad stories about Pat will be a good way to get your attention, and that they may seek to satisfy you, and present the facts in the most attention-grabbing way. Also, Thompson writes,
“I believe that we live the story we tell ourselves–and others–about the life we’re leading…If you constantly interview your child for pain, your child may begin to hear a story of social suffering emerge from her own mouth. Soon she will begin to believe it and will see herself as a victim….
“Please understand that I am not advising you to disbelieve our children, nor am I saying that you should not be empathic…But…don’t interview for pain, don’t nurture resentments, and don’t hold on to ancient history. Kids don’t.”
And although Thompson doesn’t make this point, it also seems to me that by asking this question, we focus a child’s attention on that part of the day. Instead of thinking about the happy interactions that took place, the child tries to remember painful interactions.
Si vous faites ça, vous victimisez votre enfant ....et vous stigmatiser un autre! Ce petit Billy.
Ce sont des enfants. Ils ont tous des qualités et des défauts. Aucun enfant (ni adulte) n'est parfait. Nous avons tous quelque chose à travailler. Je crois que la différence c'est qu'il n'y a pas d'enfant méchant. Lorsqu'un comportement nous parait difficile, c'est un appel à l'aide. Il faut partir du postulat qu'un enfant veut faire plaisir à ses parents, veut bien faire et que s'il ne peut pas, cela le rend malheureux.
Depuis que je m'occupe d'enfants, je n'ai jamais vu un conflit où une seule personne était responsable. Il y a toujours une part de responsabilité de la part de tous les intervenants. (C'est la même chose dans tous les conflits, même ceux parents-enfants ou les divorces et je me mets dans le lot.) C'est pour cela que les meetings sont si importants et qu'ils font partis de la vie de la classe. A chaque fois, que nous voyons un conflit, nous nous asseyons. Nous demandons à chacun d'expliquer son point de vue sans couper la parole à l'autre puis nous demandons: Comment cela aurait pu être évité? Ce que chacun aurait pu faire de mieux pour ne pas en arriver là? Comment il serait possible de réparer? 
Former un couple avec deux personnes n'est pas chose évidente donc former une classe respectueuse de toutes les personnalités n'est pas chose évidente non plus même avec l'aide des médiateurs/éducateurs mais heureusement les enfants ne sont pas figés comme les adultes. Ils apprennent vites, très vites et en 6 mois peuvent se transformer.

jeudi 16 février 2017

Mes premiers pas en école Montessori

En formation d’Educateur de Jeunes Enfants et passionnée par l’univers de l’éveil et du développement des tout-petits, j’ai souhaité en découvrir d’avantage sur la pratique de la pédagogie Montessori. Accueillie pour une durée de 8 mois dans le cadre exceptionnellement spacieux et verdoyant du « Verger d’Elisa », voici quelques constatations qui me sont apparues clairement, auprès de la « communauté enfantine » :

La première différence remarquable avec d’autres structures d’accueil de jeunes enfants est une ambiance particulièrement calme, ce qui est plutôt inhabituel lorsque l’on côtoie des enfants âgés de 2 ou 3 ans. Si celle-ci est bénéfique pour la concentration et l’ordre de la classe, elle l’est également pour la sérénité des enfants qui, pour beaucoup, découvrent les joies de la vie en collectivité, en limitant ses inconvénients. Je comprends rapidement que ce calme est le résultat d’une pédagogie aux multiples facettes qui mène les professionnelles, entre autre, à être garantes de quelques règles simples comme celle-ci: lorsqu’un enfant « travaille », les autres ne doivent le déranger d’aucune manière (bruits excessifs, interventions sur le travail d’un autre enfant, bousculade…). Cela suggère également que les professionnelles doivent se limiter à de rares interventions, ce qui peut être surprenant au premier abord. Les professionnelles m’expliquent que l’un de leur rôle, dans de ce cadre, est de mettre l’enfant en relation avec le matériel, un autre étant d’assurer l’ordre qui entoure l’enfant. L’ordre, point essentiel de la pédagogie, fait référence dans ce contexte à l’aménagement de l’espace, à la clarté, la logique et l’invariabilité de la disposition des plateaux et de l’agencement du matériel sur ces derniers.

Ensuite, c’est la grande indépendance et la spontanéité dans l’activité des enfants qui ont retenu mon attention. Sur ce point, je constate qu’en plus de l’approche spécifique des professionnelles, le matériel élaboré par Maria Montessori permet de proposer aux enfants d’opérer des choix dans une large gamme de propositions et d’affirmer plus généralement, mais aussi plus spécifiquement, leur capacité. En effet, la pédagogie s’appuie sur un matériel riche, diversifié et régulièrement renouvelé, qui est évolutif et adapté en fonction de chaque stade et de chaque « période sensible » de l’enfant, comme la nomme la pédagogue. Il accompagne donc l’enfant et répond à sa volonté de découvrir et de maitriser les éléments de son environnement.

Allant de découverte en découverte, je discerne peu à peu les contours de cette pédagogie et le rôle spécifique des professionnelles, qui est ici « d’aider à faire seul », comme le stipule la ligne directrice de cette approche. Cette pédagogie apporte une réflexion sur notre vision de l’enfant et de sa place dans le monde qui l’entoure, quand encore traditionnellement c’est au schéma punitions/récompenses qu’on a plus l’habitude d’être confronté. Il s’agit ici plutôt de suivre les besoins de l’enfant, pour l’aider à libérer son potentiel. C’est une vision globale de l’Homme et de sa projection dans l’avenir. Si la pensée montessorienne ne se résume pas à la pratique et à la connaissance de son matériel et s’acquiert avec l’expérience et le temps, les effets salutaires apportés par ce cadre, eux, ne cessent de me surprendre…


                                                                                                                                                             Tiffany

LA VIE PRATIQUE: un exemple "Se laver les mains".

Les exercices de vie pratique sont les premiers exercices présentés à l’enfant de 2 ans et demi, 3 ans à
la « maison des enfants ». Ils les intéressent beaucoup puisqu’ils se basent sur les gestes du quotidien et que l’enfant aime imiter, « faire pour de vrai ».

Il existe quatre groupes d’exercice de vie pratique :

– les soins de l’ambiance, c’est-à- dire de la classe, du lieu de vie.
– les soins de la personne, nécessaires pour acquérir progressivement son autonomie dans la vie de
   tous les jours.
– la grâce et la courtoisie ou : comment vivre ensemble.
– les jeux collectifs, principalement pour développer la coordination motrice.

Par son observation attentive et quotidienne de chaque enfant, l’éducateur peut proposer la bonne
activité au bon moment. 

Maria Montessori a ainsi défini les périodes sensibles au cours desquelles l’enfant se concentre plus particulièrement sur l’un des axes de son développement.

Chaque exercice est présenté une première fois à l’enfant par l’éducateur puis il peut le reprendre et le recommencer autant de fois qu’il en a envie. C’est la répétition de l’action qui permet son perfectionnement.

La présentation est faite avec peu de mouvements, réalisés lentement, dans un ordre bien précis.

L’éducateur parle peu pour optimiser l’état de concentration dans lequel se trouve l’enfant et lui permettre de mémoriser chaque geste et de le reproduire à l’identique.

Afin de favoriser l’acquisition de l’autonomie pour chaque enfant, il est primordial de respecter la notion d’ordre :

- Chaque activité a une place définie sur l’étagère : du plus simple au plus complexe, du haut vers le bas et de gauche à droite.

- Le matériel est placé précisément sur le plateau.
- Les gestes pour une activité se réalisent dans un ordre immuable.

Chaque exercice représente donc un vrai travail avec un objectif à atteindre. Il comporte un début, un milieu et une fin.

Il y a des activités simples (verser, ouvrir un bocal…) et des activités plus complexes nécessitant l’enchaînement de plusieurs gestes et la manipulation de plusieurs matériels (astiquer les cuivres…).

Petit à petit l’enfant va développer sa concentration, sa volonté, son autonomie et sa confiance en lui.

Stéphanie J.


  •      Nommer l’activité choisie par l’enfant
  •      Lui demander de mettre son tablier et de remonter ses manches
  •      Se placer à sa droite si l’on est droitier
  •       Lui montrer comment soulever le broc avec la main droite dans l’anse et la gauche sous le bec
  •          Lui demander d’aller chercher de l’eau avec le broc puis de le reposer dans la cuvette
  •    Verser l’eau dans la cuvette et reposer le broc sur la table
  •    Prendre le savon, le mouiller et frotter ses paumes de mains
  •    Reposer le savon
  •    Frotter chaque doigt puis le dessus et la main entière
  •          Rincer ses mains dans la cuvette
  •    Prendre la brosse à ongles ; frotter dessus et sur les côtés
  •    La tremper, la secouer deux fois et la reposer
  •    Prendre la serviette et la déplier
  •    Essuyer chaque doigt puis la main
  •    Vider l’eau dans le seau
  •    Remettre un peu d’eau dans la cuvette pour la nettoyer avec l’éponge
  •    Presser l’éponge avec les deux mains et la reposer
  •    Vider de nouveau la cuvette dans le seau
  •    S’essuyer les doigts puis la main
  •    Remettre le broc dans la cuvette
  •    Ouvrir le pot de crème, en poser le couvercle
  •    Prendre une noix de crème
  •    Refermer le pot
  •    Etaler la crème sur ses doigts un par un puis sur la main
  •    Inviter l’enfant à le faire à son tour
  •    Inviter l’enfant à aller étendre la serviette mouillée ou bien à la plier
  •    Lui demander d’aller vider le seau et de le rincer
  •    Lui demander s’il veut recommencer.

Sortie à la ferme du Buisson Siard


Throughout September and October, we had been studying farm animals in our classroom. We learned the names of the animals in both English and French.  Also, we learned songs and read books.  Works were available on the language shelf so the children could explore farm animals at their own pace.



At the end of October, our class took a special trip to the farm! La Ferme du Buisson Siard had many different animals the children could pet, and feed. We went in small groups around to each animals pen. The children were able to feed the ponies, donkeys, and pigs some hard bread. They fed the goats, sheep, ducks, and chickens wheat. One activity the children particularly enjoyed was feeding bottles of formula to the baby goats. Petting the soft rabbits was also a big hit!




Some of the children volunteered to go inside the pens and feed the animals. In the chicken coup, Gabriel was lucky enough to find an egg!
We ended our day with a picnic lunch during which the farmer told us interesting facts about all the animals.



Everyone enjoyed the day at the farm!

Nikki