jeudi 16 février 2017

Mes premiers pas en école Montessori

En formation d’Educateur de Jeunes Enfants et passionnée par l’univers de l’éveil et du développement des tout-petits, j’ai souhaité en découvrir d’avantage sur la pratique de la pédagogie Montessori. Accueillie pour une durée de 8 mois dans le cadre exceptionnellement spacieux et verdoyant du « Verger d’Elisa », voici quelques constatations qui me sont apparues clairement, auprès de la « communauté enfantine » :

La première différence remarquable avec d’autres structures d’accueil de jeunes enfants est une ambiance particulièrement calme, ce qui est plutôt inhabituel lorsque l’on côtoie des enfants âgés de 2 ou 3 ans. Si celle-ci est bénéfique pour la concentration et l’ordre de la classe, elle l’est également pour la sérénité des enfants qui, pour beaucoup, découvrent les joies de la vie en collectivité, en limitant ses inconvénients. Je comprends rapidement que ce calme est le résultat d’une pédagogie aux multiples facettes qui mène les professionnelles, entre autre, à être garantes de quelques règles simples comme celle-ci: lorsqu’un enfant « travaille », les autres ne doivent le déranger d’aucune manière (bruits excessifs, interventions sur le travail d’un autre enfant, bousculade…). Cela suggère également que les professionnelles doivent se limiter à de rares interventions, ce qui peut être surprenant au premier abord. Les professionnelles m’expliquent que l’un de leur rôle, dans de ce cadre, est de mettre l’enfant en relation avec le matériel, un autre étant d’assurer l’ordre qui entoure l’enfant. L’ordre, point essentiel de la pédagogie, fait référence dans ce contexte à l’aménagement de l’espace, à la clarté, la logique et l’invariabilité de la disposition des plateaux et de l’agencement du matériel sur ces derniers.

Ensuite, c’est la grande indépendance et la spontanéité dans l’activité des enfants qui ont retenu mon attention. Sur ce point, je constate qu’en plus de l’approche spécifique des professionnelles, le matériel élaboré par Maria Montessori permet de proposer aux enfants d’opérer des choix dans une large gamme de propositions et d’affirmer plus généralement, mais aussi plus spécifiquement, leur capacité. En effet, la pédagogie s’appuie sur un matériel riche, diversifié et régulièrement renouvelé, qui est évolutif et adapté en fonction de chaque stade et de chaque « période sensible » de l’enfant, comme la nomme la pédagogue. Il accompagne donc l’enfant et répond à sa volonté de découvrir et de maitriser les éléments de son environnement.

Allant de découverte en découverte, je discerne peu à peu les contours de cette pédagogie et le rôle spécifique des professionnelles, qui est ici « d’aider à faire seul », comme le stipule la ligne directrice de cette approche. Cette pédagogie apporte une réflexion sur notre vision de l’enfant et de sa place dans le monde qui l’entoure, quand encore traditionnellement c’est au schéma punitions/récompenses qu’on a plus l’habitude d’être confronté. Il s’agit ici plutôt de suivre les besoins de l’enfant, pour l’aider à libérer son potentiel. C’est une vision globale de l’Homme et de sa projection dans l’avenir. Si la pensée montessorienne ne se résume pas à la pratique et à la connaissance de son matériel et s’acquiert avec l’expérience et le temps, les effets salutaires apportés par ce cadre, eux, ne cessent de me surprendre…


                                                                                                                                                             Tiffany

LA VIE PRATIQUE: un exemple "Se laver les mains".

Les exercices de vie pratique sont les premiers exercices présentés à l’enfant de 2 ans et demi, 3 ans à
la « maison des enfants ». Ils les intéressent beaucoup puisqu’ils se basent sur les gestes du quotidien et que l’enfant aime imiter, « faire pour de vrai ».

Il existe quatre groupes d’exercice de vie pratique :

– les soins de l’ambiance, c’est-à- dire de la classe, du lieu de vie.
– les soins de la personne, nécessaires pour acquérir progressivement son autonomie dans la vie de
   tous les jours.
– la grâce et la courtoisie ou : comment vivre ensemble.
– les jeux collectifs, principalement pour développer la coordination motrice.

Par son observation attentive et quotidienne de chaque enfant, l’éducateur peut proposer la bonne
activité au bon moment. 

Maria Montessori a ainsi défini les périodes sensibles au cours desquelles l’enfant se concentre plus particulièrement sur l’un des axes de son développement.

Chaque exercice est présenté une première fois à l’enfant par l’éducateur puis il peut le reprendre et le recommencer autant de fois qu’il en a envie. C’est la répétition de l’action qui permet son perfectionnement.

La présentation est faite avec peu de mouvements, réalisés lentement, dans un ordre bien précis.

L’éducateur parle peu pour optimiser l’état de concentration dans lequel se trouve l’enfant et lui permettre de mémoriser chaque geste et de le reproduire à l’identique.

Afin de favoriser l’acquisition de l’autonomie pour chaque enfant, il est primordial de respecter la notion d’ordre :

- Chaque activité a une place définie sur l’étagère : du plus simple au plus complexe, du haut vers le bas et de gauche à droite.

- Le matériel est placé précisément sur le plateau.
- Les gestes pour une activité se réalisent dans un ordre immuable.

Chaque exercice représente donc un vrai travail avec un objectif à atteindre. Il comporte un début, un milieu et une fin.

Il y a des activités simples (verser, ouvrir un bocal…) et des activités plus complexes nécessitant l’enchaînement de plusieurs gestes et la manipulation de plusieurs matériels (astiquer les cuivres…).

Petit à petit l’enfant va développer sa concentration, sa volonté, son autonomie et sa confiance en lui.

Stéphanie J.


  •      Nommer l’activité choisie par l’enfant
  •      Lui demander de mettre son tablier et de remonter ses manches
  •      Se placer à sa droite si l’on est droitier
  •       Lui montrer comment soulever le broc avec la main droite dans l’anse et la gauche sous le bec
  •          Lui demander d’aller chercher de l’eau avec le broc puis de le reposer dans la cuvette
  •    Verser l’eau dans la cuvette et reposer le broc sur la table
  •    Prendre le savon, le mouiller et frotter ses paumes de mains
  •    Reposer le savon
  •    Frotter chaque doigt puis le dessus et la main entière
  •          Rincer ses mains dans la cuvette
  •    Prendre la brosse à ongles ; frotter dessus et sur les côtés
  •    La tremper, la secouer deux fois et la reposer
  •    Prendre la serviette et la déplier
  •    Essuyer chaque doigt puis la main
  •    Vider l’eau dans le seau
  •    Remettre un peu d’eau dans la cuvette pour la nettoyer avec l’éponge
  •    Presser l’éponge avec les deux mains et la reposer
  •    Vider de nouveau la cuvette dans le seau
  •    S’essuyer les doigts puis la main
  •    Remettre le broc dans la cuvette
  •    Ouvrir le pot de crème, en poser le couvercle
  •    Prendre une noix de crème
  •    Refermer le pot
  •    Etaler la crème sur ses doigts un par un puis sur la main
  •    Inviter l’enfant à le faire à son tour
  •    Inviter l’enfant à aller étendre la serviette mouillée ou bien à la plier
  •    Lui demander d’aller vider le seau et de le rincer
  •    Lui demander s’il veut recommencer.

Sortie à la ferme du Buisson Siard


Throughout September and October, we had been studying farm animals in our classroom. We learned the names of the animals in both English and French.  Also, we learned songs and read books.  Works were available on the language shelf so the children could explore farm animals at their own pace.



At the end of October, our class took a special trip to the farm! La Ferme du Buisson Siard had many different animals the children could pet, and feed. We went in small groups around to each animals pen. The children were able to feed the ponies, donkeys, and pigs some hard bread. They fed the goats, sheep, ducks, and chickens wheat. One activity the children particularly enjoyed was feeding bottles of formula to the baby goats. Petting the soft rabbits was also a big hit!




Some of the children volunteered to go inside the pens and feed the animals. In the chicken coup, Gabriel was lucky enough to find an egg!
We ended our day with a picnic lunch during which the farmer told us interesting facts about all the animals.



Everyone enjoyed the day at the farm!

Nikki