Affichage des articles dont le libellé est Pédagogie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Pédagogie. Afficher tous les articles

dimanche 1 avril 2018

Le Système d'Éducation, Une Bonne Fois Pour Toutes


Aujourd'hui.

Il y a 100 ans: 

« N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur. Alors apprenons-leur à s’adapter. » 

Maria Montessori dans L’esprit absorbant DDB

dimanche 4 février 2018

Comment ranger leurs jeux façon Montessori

Petit clin d’œil à ma meilleure amie ;-)

Fuyez le coffre à jouets fourre-tout:


Trouvez deux étagères: une étagère pour la chambre et une pour le salon, quelques boites, des plateaux, des paniers, une table et une chaise à la hauteur de l'enfant et un tapis pour ceux qui ont la table du salon dessus.

Dans la première boite, vous mettez la dînette, dans la seconde le train, dans la troisième les légos, dans la quatrième les poupées et dans la cinquième les déguisements.

Sur les étagères, se trouvent des plateaux avec des activités: un tableau à peindre, un jeu de société, une modèle d'origami, une expérience scientifique, un puzzle... Suivez les goûts de votre enfant.

Vous devez exercer un roulement des jeux environ toutes les deux, trois semaines selon l'age de votre enfant. Le reste des jeux est rangé dans une armoire. (Bien sûr vous pouvez en sortir un si votre enfant le demande.)

Évitez si possible les activités qu'il a déjà à l'école.

Rangez les jouets toujours au même endroit.

Invitez votre enfant à ranger son jeu avant d'en prendre un autre!

Un sans faute pour cette maman, même pour les petites voitures : (lien)


https://version5point0.wordpress.com/2013/06/27/faire-le-vide-pour-y-voir-plus-clair/


Ne pas oubliez le coin art et le coin lecture.

Pour Elisa, jusqu'à environ ses 6 ans, elle avait le même type de coin art/musique qu'ici: A visiter




Bon rangement :-)





Grace and Courtesy

Grace and Courtesy lessons are more than just the materials on the shelf. These lessons are living and breathing in the Montessori classroom and found all around.  At the beginning of the school year, we focus heavily on presenting and modeling Grace and Courtesy lessons which in turn become the cornerstone of classroom expectations. 

Some examples of these lessons  {which we are currently working on in our toddler environment} include:

  • How to unroll and roll a rug
  • How to politely interrupt someone 
  • How to clean up a spill 
  • How to wait your turn for a material
  • greeting someone
  • introducing oneself
  • shaking hands
  • receiving visitors
  • apologizing/excusing oneself
  • watching and observing others
  • taking turns
  • interrupting/asking for help
  • using a quiet voice
  • speaking in a polite tone
  • saying please and thank you
  • blowing one’s nose
  • coughing and sneezing
  • washing one’s hands
  • inviting and refusing a partner or playmate
  • respecting others and their space
  • walking around people and objects
  • sitting on and putting away a chair
  • walking in line
  • offering food
  • caring for works, books, and the environment
  • carrying work or objects
  • being silent
  • being kind
  • making friends




The desire to be gracious and courteous is naturally present in the child.



Grace and Courtesy lessons are ever expanding and evolving with the children's needs and behaviors. 

Maria Montessori believed children from age 2  to 6 were in a Sensitive Period for order. This means that the child is drawn to order in the external environment so that he can create his own order internally.

"Within every young child is the need for order. The initial lessons of Grace and Courtesy center on building the Montessori classroom community, and are often presented in the context of the Montessori Practical Life curriculum. They answer the child's questions of how they fit into and participate in their environment. Using clear language and modeling, Montessori teachers present these lessons to provide structure so the child can know her place, not only in the Montessori environment, but in the world at large. So in the child, besides the vital impulse to create himself, and to become perfect, there must yet another purpose, a duty to fulfill in harmony, something he has to do in the service of a united whole. ~ " Montessori, The Absorbent Mind, pg 57.
Nikki

samedi 13 janvier 2018

Classroom Limits

Limits are the foundation for discipline in the Montessori toddler environment. Limits are clear and simple rules that are consistently upheld in the community. Young children need limits to feel safe and secure in their environment. Limits also help children establish who they are within a community. Adults maintain these limits and model them to the children. 

"The Umbrella Limits" 


The child in the toddler environment is allowed freedom within these three limits:

  1. Treat other people with respect, kindness, and peace both physically or emotionally 
  2. Treat the materials and environment with care. 
  3. Treat self with respect and care.  

In our classroom, as long as the Umbrella Limits are being followed, the child is free to choose an activity and work on it for as long as they desire.

If a child needs help with following a limit, we may model the expected behavior, provide a lesson, or invite the child to the quiet corner.

Expectations:

 There are certain expectations which we set and model in the classroom.
  • Use a rug to define your space when working on the floor. Roll and return rug when finished.
  • Table works may only be completed on a table.
  • Clean up all materials when finished.
  • Return work to the shelf so it is ready for the next friend to use.
  • Walk in the classroom.
  • Maintain a quiet voice level.
  • Ask to observe a friend. If they agree, observe silently with your hands behind your back.
  • Try to dress self before asking for help from an adult.
  • Try each food item at lunch before receiving the next course.
  • Clean up dishes from lunch.
  • Brush teeth after lunch. 

Expectations grow and evolve along with the children.  As they become more confident and capable with tasks, their expectations will increase.  

Nikki

samedi 4 juin 2016

Que répondez-vous aux parents, ces anciens enfants, qui disent "moi aussi j’ai reçu des gifles et des fessée. Ça ne m’a pas traumatisé"?

Que répondez-vous aux parents, ces anciens enfants, qui disent "moi aussi j’ai reçu des gifles et des fessée. Ça ne m’a pas traumatisé"?
Il est vrai que chez beaucoup de gens les effets des fessées ou des gifles sont atténués par l'affection que leurs parents leur ont donnée par ailleurs, ou/et par le fait que les punitions n'ont pas été données arbitrairement mais d'une manière qui leur a paru "juste". Malheureusement, il y a toujours un effet secondaire qui demeure et qui montre que ces personnes ont subi en quelque sorte une lésion du sens moral, c'est que les parents qui disent cela trouvent normal:
1. Que l'on frappe les enfants
2. Qu'un être grand et fort frappe un être petit et faible.

Or, ces deux faits sont en contradiction avec le principe le plus élémentaire de la morale qu'ils cherchent en général à inculquer à leurs enfants: ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu'on te fasse. Et en général ils ne voient même pas la contradiction entre ce principe et ce qu'ils pratiquent et recommandent. Cette forme de cécité est bien la marque d'un traumatisme, mais non ressenti comme tel. Alice Miller a intitulé un de ses livres publié d'abord en allemand : "Tu ne t'apercevras de rien". C'est un des effets les plus redoutables de la violence éducative.

Maurel Olivier

Personnellement, je suis contre une loi. Il y a déjà beaucoup trop de loi en France. Mais ce passage est criant de vérité.


mardi 13 janvier 2015

Introduction à l'Histoire

 J'ai profité de cette semaine sans ma fille pour avancer dans mes albums. Comme en 3-6 ans, nous faisons une fiche pour chaque matériel présent dans la classe. Une des fiches que j'ai du faire est celle de l'introduction à l'Histoire. Le message qu'elle contient va beaucoup plus loin que celui de la table des matières. Il donne un sens profond à ce que l'éducatrice partage avec les enfants. 

C'est pour ça que je pense qu'une formation AMI ou AMS est importante parce que je ne suis pas sûr (mais je n'en sais rien) que dans les autres formations, ils répètent aux éducateurs "N'oubliez pas de faire marcher vos enfants sur la ligne tous les jours (pour la maison des enfants) ou faites leurs confiance ou le résultat n'est pas aussi important que le processus (un enfant qui trouve la loi par lui-même à l'aide du matériel retiendra plus facilement que si on lui donne la règle même si c'est beaucoup plus long). Quelle relation voulez-vous établir avec les enfants de votre classe?"

J'ai trouvé cette introduction tellement belle que j'ai eu envie de la partager avec vous. En résumé:

Les enfants et l'Histoire

Les enfants s’intéressent à TOUT, à toutes les histoires. C’est une quête fondamentale de l’enfant.

Quelle est la première tâche de l’enfant ? C’est de se construire. Il veut grandir, comme une plante. Un enfant veut être actif. Il veut se définir. Il veut comprendre. Il va avoir une curiosité naturelle à l’égard de ceux qui l’ont précédé. Il a besoin de connaître d'où il vient pour comprendre où il va.

Il va être intéressé par tout, que ce soit Pythagore ou bien le commerce à l'époque des Mayas.


Les première civilisations
( Exemples d'affiche utilisées dans la classe)

L’enfant est à la recherche de héros qu'il pourra admirer. (C'est une des caractéristiques des enfants du second plan). Comme par exemple, la mythologie grecque dans laquelle se jouent des drames familiaux.

Cela les touche affectivement. L’histoire est le meilleur biais pour toucher les enfants. D'où l'importance de leurs faire découvrir des inventeurs, des explorateurs, des leaders comme Nelson Mandela, des artistes....

Pour Maria Montessori, l’histoire illustre la tendance humaine à transformer tout ce qui existe autour de nous.

Cela souligne l’unité du genre humain, peu importe notre culture.

Il est facile d’échanger des biens. L’unité commerciale existe malgré l’existence des frontières cependant il devient de plus en plus facile de les passer.
Et d’un autre côté, les gens continue de se battre pour une langue ou une religion. C’est complexe.

Au plan matériel, oui on partage, mais pas encore au plan spirituel.

 « C’est devenu simple d’échanger des matières premières. C’est facile d’échanger les produits, tout ce que l’on produit dans nos civilisations, mais même si nous pouvons voir par ce biais que l’unité du monde matériel existe, c’est aussi vrai que les différentes barrières entre les différents pays s’effacent. La compréhension spirituelle, c’est la seule chose qui peut nous unifier vraiment. Cette unité n’a pas été faite »


Comment éveiller dans l’esprit humain un sentiment de gratitude envers les personnes qui nous ont précédées, envers les autres en général?

Le but des histoires que nous racontons dans tous les domaines, est-il d’avoir un savoir encyclopédique ? Non, Le but est qu’il est la conviction que la réalité est juste, que nous pouvons nous adapter à tout. L’inconnue doit intéresser et non faire peur. Planter des graines de compréhension.

Transmettre des valeurs de dépassement de soi et de limites, d’amour des autres, du goût de la nature.

Ne pas voir l'histoire comme une suite de conflits ayant amenée au résultat d'aujourd'hui. 

L'Histoire, c'est tellement plus! Que serions-nous sans les personnes ayant inventées l'alphabet ou le système décimal, l’électricité ou internet? La liste est sans fin.


Histoire du langage


Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas étudier les conflits mais de manière à comprendre comment ils ont pu commencer et pour faire en sorte de ne pas répéter les erreurs du passé, de ne pas oublier.

Je ne sais pas si cela vous inspire autant que moi? 

vendredi 2 janvier 2015

Collège Montessori

Voici un beau projet :


Que cette expérience Erdkinder au Centre de Rencontre des Générations, parmi nos aînés, avec des enfants, des montessoriens tatoués, d'autres de coeur, souvent les deux, ces musiciens et toute cette générosité, aide à détricoter les mailles de ce grillage qui bouche l'horizon et permette à nos enfants de retrouver ces espaces de liberté où il puissent exprimer tout leur potentiel sous le regard bienveillant de nos aînés.

Merci à toutes et à tous! Les petits, les résidents, les bénévoles, les salariés, à tous ces hommes et ces femmes de bonne volonté qui ont fait que ce séminaire soit une réussite et un arbre planté dans le jardin de nos valeurs.




samedi 7 juin 2014

De l'enfant à l'adolescent de Maria Montessori

Qu'est-ce qu'un enfant du primaire?



Lors de ma première semaine de formation, j'ai fait une découverte: Il ne faut pas aborder l'enfant du primaire de la même manière que l'enfant de la maison des enfants car ce n'est plus du tout le même. Pour enseigner, il faut se baser sur les points forts de l'enfant qui est dans cette période de vie.

Jeanne Françoise à écrit la préface du livre.

L’enfant du primaire a besoin d’aides spécifiques : un milieu ouvert, un contact vrai, réel avec la culture à laquelle il cherche à accéder, et, également, les moyens de l’expérience.  Il a aussi besoin de la vision du tout, de l’ensemble, pour savoir vers quoi il va, en quel monde il s’inscrit. Mais pour accéder à cet ensemble qui le fascine, il a besoin de passer par le détail, pris comme moyen de compréhension du tout. Jeanne Françoise Hutin, p8

Ainsi quand nous considérons l’étude des êtres vivants, l’important est d’en établir d’abord la classification. MM, p 52

Tout est étroitement lié sur cette planète, et l’on constate que chaque science n’étudie que les détails d’une connaissance totale. MM p53

Maria Montessori explique ici l’éducation cosmique qui répond au besoin de l’enfant de cet âge, c'est-à-dire le besoin de connaître la culture dans laquelle il vit. Il a envie de tout savoir! Bien sûr, cela est impossible. L’important, pour l'éducateur, étant de semer des graines dans chaque domaine de culture. L'éducation cosmique comme vous le voyez n'a rien de religieux ou spirituel, c'est juste le nom donné par Maria Montessori pour décrire la vision d'ensemble de son programme. Le mot d'ordre a été donné: Il faut partir du tout pour ensuite voir le détail. Exactement l'inverse de ce qui se fait dans l'école traditionnelle qui commence par l'école, puis la ville ou qui commence par les règles d'orthographe plutôt que de donner l'envie d'écrire. C'est quelque chose que l'on arrive à observer assez facilement, cette envie de l'enfant de comprendre l'espace, les planètes ou l'Histoire car cela l'aide à se situer dans la culture où il vit. 

Le fondement de ce projet : aider chaque enfant à se développer, en valorisant ses potentialités, en suivant au plus près et autant que possible l’ensemble des besoins de la croissance et de la vie, et en essayant d’y répondre. Il ne s’agit plus dans une telle perspective, d’amener l’enfant à tel ou tel niveau de savoir-faire ou de connaissance, mais de mettre en œuvre toutes nos capacités pour aider l’enfant à conquérir « son plus haut niveau. » Cela exige de l’éducateur, qu’il sache, non plus seulement enseigner, mais éveiller l’intérêt, la capacité d’émerveillement, la réflexion. Jeanne Françoise Hutin, p10-11

Chaque école Montessori s’est donnée pour objectif d’aider tout enfant à devenir « citoyen du monde » au travers de la culture de son pays. Jeanne Françoise Hutin, p11

Maria Montessori commence par réexpliquer les 4 plans de développement.

On pourrait comparer ces âges différents aux métamorphoses des insectes, MM, p15

Il y a d’abord, l’insecte puis la chrysalide et enfin le papillon. C’est le même animal qui réalise de véritables transformations. Pour l’enfant, c’est la même chose mais ce n’est pas que  physique (perte des dents de lait, augmentation de la taille), c’est aussi psychologique. « Physica stamina » est l’une des caractéristiques de l’enfant du second plan.

Les principes qui s’appliquent utilement à toute la première période ne sont pas les mêmes que ceux qui doivent s’appliquer à la deuxième.

P 19, MM explique l’importance de petites sorties, de sortir de la classe qui ne suffit plus à l’enfant du primaire, lui qui veut tout comprendre.

C’est bien pour se soustraire de ce vase clos qu’il ne va plus volontiers à l’école. MM, p21.

Considérer l’école comme l’endroit où l’on débite l’instruction, c’est un point de vue ; mais considérer l’école comme une préparation à la vie, c’en est un autre. Et dans ce dernier cas, l’école doit satisfaire à tous les besoins de la vie. MM, p23.

Que la maîtresse ne perde pas de vue que le but poursuivi n’est pas le but immédiat de la promenade (la petite sortie) mais que son but réel est de rendre capable l’être spirituel, qu’elle éduque, de trouver sa route tout seul. MM, p 35

Si nous avions, pour la deuxième période, la même conception que pour la précédente, il nous faudrait laisser sortir l’enfant, aller où il voudrait ; tout d’abord, il se perdrait.

Précédemment, la maîtresse parfaite était celle qui, s’effaçant, laisser agir l’enfant. Le même procédé ne serait plus applicable maintenant. Car maintenant, l’enfant vit deux existences parallèles : son existence au foyer et son existence dans la société. C’est là un fait nouveau. MM, p 39.
_ _ _  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Une autre caractéristique de l’enfant du second plan est le passage du sensoriel à labstraction.

Jusqu’à cet âge, ce qui importait à l’enfant, c’était d’établir des rapports entre les objets, c’est-à-dire d’ordonner et d’absorber le monde extérieur au moyen de sens. Il se produit une évolution vers le côté intellectuel et moral. MM, p23.

L’enfant du second plan se préoccupe maintenant de savoir si ce qu’il fait est bien ou mal fait ; c’est devant lui que surgit le grand problème du Bien et du Mal.MM, p24.

Si, dans la première période, la maîtresse devait user d’une grande délicatesse en intervenant le moins possible dans l’activité de l’enfant, c’est sur le plan moral que doit s’orienter maintenant sa délicatesse. MM, p24.
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
L’enfant se préoccupe maintenant du comment et du pourquoi. Il ne se contente plus d’accueillir les faits : il cherche à en connaitre les causes. MM p 47

Limagination est devenue un outil qui va l’aider avec son esprit raisonnant à comprendre les mystères du monde qu’il veut tant percer.

Quand on rencontre un fleuve est-il nécessaire de voir tous les fleuves du monde pour savoir ce que c’est ? MM, p 45 Non et cela grâce à l’imagination.

L’essentiel pour lui, c’est de disposer de possibilité d’activités propres, afin de conserver un équilibre entre l’acte et la pensée. Sa pensée aurait, en effet tendance à se perdre dans l’abstraction par des raisonnements sans fin, de même que le petit enfant se perdait dans la fantaisie. MM, p 32.


L’imagination ne devient grande que lorsque l’homme, grâce au courage et à l’effort, s’en sert en vue de quelque création ; autrement, elle ne s’adresse qu’à un esprit vagabondant dans le vide. MM, p49.

dimanche 13 octobre 2013

FAQ: Discipline et liberté

Voici les mots exacts de Maria Montessori à propos de ce sujet:

"N'est pas discipliné un individu rendu artificiellement silencieux et immobile comme un paralytique. Nous appelons discipliné un individu qui est maître de lui et qui peut, par conséquent, disposer de lui même ou suivre une règle de vie.

Cette discipline active n'est pas facile à obtenir mais elle contient autre chose que la condamnation à l'immobilité.

Cette liberté doit avoir comme limite l'intérêt collectif, et comme forme ce que nous appelons  l'éducation des manières et des gestes. Nous devons donc interdire à l'enfant tout ce qui peut offenser autrui ou lui nuire, tout ce qui prend l'allure d'un geste laid ou grossier. Mais toute manifestation ayant un but utile, quelle qu'elle soit, et sous quelque forme qu'elle se présente, doit lui être permise; et le maître doit l'observer.

Il faut, pour cela, éviter rigoureusement d'arrêter les mouvements spontanés, et d'imposer des actes de par la volonté d'autrui; à moins qu'il ne s'agisse d'actions inutiles ou néfastes, précisément parce qu'elles doivent être étouffées, détruites.

La première notion que doivent acquérir les enfants pour que la discipline soit active, c'est la notion du bien et du mal: et le devoir de l'éducatrice d'empêcher l'enfant de confondre le bien avec l'immobilité et le mal avec l'activité.

Une classe où tous les enfants auraient une activité utile, intelligente et consciente, sans manifester aucune impolitesse me paraîtrait une classe bien disciplinée.

On ne serait être libre sans être indépendant.

"Or, celui qui prétendrait que le principe de liberté guide aujourd'hui la pédagogie et l'école ferait sourire....
liberté=" une école qui permette le développement des manifestations spontanées et de la personnalité de l'enfant."

(*) Pédagogie scientifique -Tome 1 - Maria Montessori

Rythme scolaire: la semaine de 5 jours

Voilà le type d'article que l'on trouve en ce moment ... partout:

Semaine de 5 jours à l'école : comment s'organiseront les journées à l'école ?
Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, souhaite que les journées des écoliers de primaire, jusque-là composées de 6 ou 7 heures de travail (sans compter ceux qui bénéficient en plus du soutien scolaire) n'excèdent pas 4 heures sous peine de contrarier le rythme biologique des enfants. Selon le responsable politique, les journées de travail actuelles épuisent les enfantset altèrent leurs capacités de concentration, puisqu'elles se centrent sur 4 jours. La demi-journée supplémentaire envisagée devrait donc se greffer le mercredi matin, en accord avec les collectivités locales. En allongeant la semaine, les journées des écoliers seraient plus légères et les enseignements dits "contraints" prendraient fin à 15h


Semaine de 5 jours à l'école : les intérêts de l'enfant priment

Avec cette nouvelle mesure, le gouvernement entend allonger les semaines, au grand dam de certains parents divorcés (ou non), qui voient légitimement leurs perspectives de vie de famille s'amoindrirent. D'autre part, leurs inquiétudes concernent les fins d'après-midi des élèves, puisque ce sont les systèmes de garderies qui prendront le relais jusqu'à 18h. Face à ces appréhensions, Hubert Montagner précise : "Il faut dépasser les intérêts personnels pour se pencher sur le bien-être de l'enfant. En effet, la semaine de 5 jours est la meilleure des solutions pour avoir des enfants moins stressés, moins sollicités et donc plus détendus. Finalement ce respect des rythmes de l'enfant va dans l'intérêt de la nation puisque ce sont les enfants qui feront le monde de demain". Ce qui compte, in fine, pour notre expert, c'est la qualité du temps relationnel passé avec ses enfants plutôt que le nombre d'heures avec eux. 
Concernant les fins de journées à 15h, les instituteurs pourront proposer des activités extra-scolaires, types sport, loisirs créatifs et du soutien pour les devoirs en ayant pour principal objectif d'être le plus attentifs possible aux besoins de l'enfant. 

Pour en savoir plus : Retour à la semaine de 5 jours à l'école : quelles conséquences ? - Magicmaman.com 



Avez-vous déjà assisté à un mariage où le prête n'en finisse pas de parler ? Une pièce de théâtre ennuyante mais d'où vous n'osez pas bouger?

Ces 1h30 vous ont paru interminable. Alors pensez à vos enfants, vivant la même chose tous les jours.

Tout ça pour dire que la semaine de 4 ou 5 jours cela ne change rien au problème de concentration, pas plus que faire des leçons plus courtes en changeant de sujet toutes les 20 minutes.

J'ai eu la chance de travailler dans les deux systèmes: français (4 jours) et belge (4 jours et demi qui se transforme en 5). La semaine de 4 jours est définitivement beaucoup plus reposante car la pause est réelle. 

Quel est le pourcentage d'enfants qui vont vraiment quitter l'école à 15 heures pour aller faire une activité sportive/ artistique/ ou musicale tous les jours? Quel est le pourcentage d'enfant qui resteront à la garderie ou rentreront pour se mettre devant la télé?

Ceci étant dit, attaquons- nous au véritable problème. Vous avez dit concentration, fatigue.

Le secret...faire comme moi...avoir un travail qu'on aime et qui bouge. Je vous assure que mes journées défilent à toute allure. Pour les enfants, c'est la même chose. 

Regardons ce qui se passe dans les écoles Montessori.

3h de travail ininterrompu le matin et un autre cycle l'après-midi. Des enfants qui ont du mal à ranger leur activité à la fin de la journée. Des enfants qui rentrent à la maison et qui ont envie d'explorer encore d'avantage les sujets abordés en classe. Des enfants qui ont la plupart du temps envie de retourner à l'école le lendemain ( sauf les mauvais jours ou parfois au début de la scolarité). 

La semaine de 4 ou 5 jours, l'allègement du programme, etc...  ne changeront pas les problèmes de concentration. Il faut d'abord changer la vision profonde de l'école, la structure de fond. Il faut permettre aux enfants de bouger, de choisir le travail, d'expérimenter la fausse fatigue.



La fausse fatigue est le moment où la classe devient désordonnée mais peu après ce moment est suivi d'une période de grande concentration.

samedi 12 octobre 2013

Pédagogie scientifique 1

Je me suis inscrite à la formation 6-12 ans qui a lieu en Suisse. Elle commence en octobre vu que j'ai déjà la formation 3-6 ans. Je suis très excitée. J'adore réfléchir et apprendre de nouvelles choses. D'un point de vue pratique cela va faire beaucoup en plus de mon travail à plein temps et de ma fille, mais qui aime ne compte pas!

Et pour entamer cette formation sous les meilleurs auspices, j'ai profité de l'été pour lire. Bon, en réalité, je n'ai absolument pas eu le temps de lire la pile de livres que j'avais prévu mais le peu que j'ai lus, était revivifiant. Je ne me lasse pas de lire des livres qui ont plus de 100 ans et qui sont toujours autant d'actualité. Attention, je ne dis pas que les choses n'ont pas évoluées en 100 ans. Heureusement, si! Mais certaines personnes ont encore un bout de chemin à parcourir. Maria Montessori était simplement une visionnaire. Je me demande ce qu'elle dirait maintenant, à notre époque. Son fils souligne et pour moi cela revêt une importance toute particulière: "Nous devons chercher à agir, non pas comme elle agissait, mais comme nous pensons qu'elle agirait aujourd'hui."

Pour en revenir au livre, j'ai souligné pleins de passages qui me parlent vraiment. J'aimerais en partager quelques uns avec vous:

L'un des plus connus: " N'élevons pas nos enfants pour le monde d'aujourd'hui. Ce monde n'existera plus lorsqu'ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur: Alors, apprenons-leur à s'adapter." 

Moi même, j'ai du mal à suivre: Une tablette, ça sert à quoi?

"Les lois du monde pour les enfants, sont dictées presque toujours par l'arbitraire de l'adulte, qui se revêt d'une autorité illimitée. Trop souvent, il commande parce qu'il est fort; l'enfant doit lui obéir parce qu'il est faible, alors que l'adulte devrait représenter le guide digne d'amour qui aide." 

Cette phrase me touche beaucoup. Je pense que les papas, ancien symbole de l'autorité, évoluent. Ils jouent plus avec leurs enfants, les connaissent mieux.

Cependant, cette phrase va plus loin.

L'autre jour, j'étais chez une amie que j'aime de tout mon cœur et elle ne voulait pas que son fils ouvre la porte du placard : ' NOOOON. Il recommence. NNNOOOONNN! Il recommence. Attention, si tu recommences encore, tu vas aller au coin. Il recommence. Elle me regarde et me dit :" Il me provoque". Elle le prends par la main, elle l'emmène à l'autre bout de la pièce au coin. "Tu t’assoies là et tu ne bouges pas et tu regardes dans cette direction là. C'est bon tu ne recommenceras plus. Ok, tu peux sortir."

Je ne suis pas parfaite et il m'arrive de crier et dire non aussi. Elle est enceinte jusqu'au cou et devait être fatiguée. C'est juste pour démontrer, que parfois, nous sommes loin d'avoir le comportement idéal avec nos enfants.

Ou la phrase: " méchant garçon". Ce n'est pas lui qui est méchant, c'est ce qu'il fait qui n'est pas correcte.

""Nous connaissons bien ce triste spectacle: le maître affairé ( on aurait pu ajouter devant son tableau) qui verse la connaissance dans des têtes d'écoliers. Pour réussir sa tâche, il lui faut la discipline de l'immobilité, de l'attention forcée; et il lui est loisible de manier largement récompenses et châtiments."

" Ce sont ces récompenses et ces châtiments qui l'habitueront à ce soumettre rapidement à l'autorité." Très utile plus tard quand l'autorité sera notre patron ou l'administration gouvernementale.

" Mais l'accomplissement d'une oeuvre n'est jamais dû au seul attrait de ce que nous appelons "récompense" ni par la seule crainte de ce que nous appelons "châtiment". Gare si les poèmes ne devaient leur naissance qu'au seul désir des poètes de conquérir le laurier du Capitole. Le poème doit surgir du cœur du poète. Chacun de nous possède une tendance spéciale, une vocation latente."

Chaque enfant a un don, qu'il pourra développer pour devenir un membre actif de la société.

"L'enfant est un corps qui croit et une âme qui se développe."

"Le facteur ambiance peut modifier, c'est-à-dire aider ou détruire; mais jamais il ne crée. Les origines du développement sont intérieures. L'enfant ne grandit pas parce qu'il est nourrit, parce qu'il respire, il grandit parce que la vie, en puissance chez lui , s'épanouit. La puberté ne vient pas parce que  l'enfant  a ri ou fait de la gymnastique mais parce que ce phénomène physiologique existe." 

Il n'y a pas de baguette magique pour faire marcher un enfant plus vite... C'est difficile car on veut toujours aider au mieux nos enfants. Cela permet pourtant de relativiser. Si mon enfant ne connait pas les chiffres encore, il les connaîtra plus tard. Laissons lui un peu de temps pour évoluer. Si je ne suis pas inquiète, mon aide n'est pas destructrice car je ne mets aucune pression.